En train de lire :
Écotourisme : optez pour une location saisonnière éco-responsable
Intérieur de location éco-responsable

Écotourisme : optez pour une location saisonnière éco-responsable

Avec les problématiques environnementales actuelles, de plus en plus de particuliers et de professionnels tentent de rendre leurs activités plus respectueuses de l’environnement. Cela vaut également pour le secteur des locations saisonnières ! 

En effet, en plus d’être  moralement plus sain, le tourisme durable a la cote et il y a fort à parier que cette tendance ne va pas faiblir de si tôt. De plus en plus de touristes en sont très sensibles, alors, pourquoi ne pas miser sur une location saisonnière plus éco-responsable ? Cela vous permettra d’élargir votre clientèle, de préserver les ressources naturelles et de faire des économies notamment en termes d’énergie !

Mais attention, s’il y a un premier conseil que nous pouvons vous donner, c’est de ne pas brutalement changer du tout au tout. Plutôt que de transformer votre logement d’un seul coup, pensez sur du long terme, car cela représente en fait un réel engagement qu’il faut être sûr de tenir. 

Commencez d’abord à changer quelques-unes de vos habitudes, puis à effectuer les adaptations que vous êtes prêt à appliquer afin non seulement de satisfaire vos voyageurs sensibles à ce type de démarches mais aussi sensibiliser ceux qui n’y pensent pas forcément. 


8 adaptations pour une location saisonnière éco-responsable

Pour pouvoir rendre votre hébergement plus économique et respectueux de l’environnement, il existe plusieurs démarches qui charmeront  vos voyageurs les plus impliqués. En effet, vous pourrez faire mention de toutes ces adaptations dans votre annonce afin d’attirer potentiellement plus de clients, étant donné que de plus en plus de personnes sont sensibles à l’idée de voyager en minimisant leurs empreintes. 

1. Acheter responsable

Pour commencer léger, il va vous falloir être plus attentifs lorsque vous faites vos achats. En effet, portez une attention toute particulière aux étiquettes pour vérifier si les produits que vous achetez sont recyclables, s’ils sont issus d’une production recyclée, ou s’ils sont issue d’une production engagée.

Pour ce qui est des produits alimentaires, orientez vous vers des produits locaux et issus de l’agriculture biologique ou du commerce équitable. En effet, évitez les conditionnements individuels et optez pour plus de légumes que de viandes, par exemple.

Acheter responsable pour sa location saisonnière

Pour ce qui est des produits ménagers, orientez-vous vers des produits labellisés ou certifiés écologiques, ou sinon ceux qui ne contiennent au moins  pas ou peu de composés chimiques dangereux comme les phosphonates, le chlore, les azurants. Également, pour l’odeur, optez pour de l’encens ou des huiles essentielles. Cela donnera à votre location saisonnière une ambiance plus naturelle qui fait toujours son effet. 

Dans la salle de bain, optez d’ailleurs au maximum pour des produits d’hygiène bio !

2. Économiser l’eau

En parlant de la salle de bain, nous vous conseillons un certains nombres d’action à effectuer pour optimiser au mieux la consommation d’eau dans votre hébergement :

  • Remplacer toutes baignoires par des douches
  • Équiper les robinets et pommeaux avec des économiseurs d’eau
  • Installez des chasses d’eaux à double débit
  • Investir dans un lave-vaisselle plutôt que de la faire à la main
  • Choisir des appareils électroménager avec des étiquette énergie affichant une classe énergétique d’au moins A+
  • Rechercher régulièrement la moindre fuite et la réparer
  • Se munir d’un récupérateur d’eau dans le jardin
  • Réduire l’arrosage du jardin
  • Vérifier les débits : inférieur à 8 l/min pour les robinets, 9 pour les douches et 6 pour les WC

Pour finir, pour encore plus maîtriser vos dépenses en matière d’eau, pensez à relever une fois par mois votre consommation d’eau afin de constituer un tableau qui vous permettra d’évaluer votre consommation à l’année. Vous pourrez ainsi repérer si vous pouvez vous permettre de la réduire sans impacter votre confort, et donc qu’est ce qu’il vous reste à faire pour économiser de l’eau.

3. Utiliser un chauffage moins gourmand 

Avant toute chose, il vous faudra vous pencher sur l’isolation afin que la chaleur ou la fraîcheur ne quitte pas votre hébergement. Si la vôtre n’est pas optimale, il existe des aides financières réservées aux travaux de rénovation de ce type. Vous pourriez ainsi isoler les sols et les murs, mettre des double vitrages, refaire la toiture, etc.

Poêle pour location saisonnière

Une fois que vous vous serez assuré que la température reste dans votre logement pour ne pas inconforter vos visiteurs, vous pouvez penser plus grand et donc intervenir au niveau de votre système de chauffage. Nous vous préconisons un chauffage au gaz ou au bois, car cela permet de réduire votre facture tout comme vos dépenses énergétiques. 

Ce qui serait encore mieux, serait d’investir dans d’autres équipements telle qu’une cheminée, une chaudière à gaz, une pompe à chaleur, un poêle à bois ou à graminés, ou encore un chauffage solaire, au fioul ou biomasse. Certains peuvent peut-être représenter des rénovations importantes, mais le chauffage est un des systèmes les plus polluants dans un logement. Vos voyageurs les plus impliqués apprécierons réellement le geste !

Enfin, installer des thermostats pour réguler et programmer le chauffage. Il en existe également des automatiques, qui sont des gadgets intelligents vous permettant de fixer la température et même de la contrôler à distance. 

4. Réduire sa consommation d’électricité 

Il est évident que consommer de l’électricité en quantité est aujourd’hui inévitable, mais il n’est jamais trop tard pour essayer de réduire son impact avec des gestes simples. Tout d’abord, pensez à débrancher tous les appareils électriques lorsque la location saisonnière est inoccupée. De la même manière que pour l’eau,  faite en sorte d’acheter des équipements électriques et autres ampoules avec une étiquette énergétique de classe A ou A+. 

Vous pouvez aussi recourir à de l’équipement spécialement pensés pour réduire cette consommation en énergie, comme des systèmes de régulation d’éclairage avec minuterie ou détecteur de présence. Et, si vous êtes prêt à investir plus dans cette démarche, envisagez de produire votre propre énergie renouvelable en installant éolienne ou panneaux photovoltaïques.

Location saisonnière solaire

Nous vous invitons également à consulter l’article que nous avons rédigé au sujet de la consommation d’énergie au sein de la location saisonnière, il vous apportera plus d’informations et d’idées.

5. Promouvoir le tri

La gestion des déchets est une des démarches les plus importantes quand on veut rendre un logement éco-responsable . Pour vos locataires, vous devrez donc mettre à disposition au moins les 3 poubelles de tri avec :

  • Une poubelle traditionnelle pour les ordures non recyclables.
  • Un container bleu pour tout type de  papier. 
  • Un container jaunes pour pour le plastique, le carton,ainsi que les contenants en acier et en aluminium

Pensez à indiquer à vos locataires de manière précise et visible les informations pour ce tri, et n’oubliez pas de vous renseigner d’abord car les consignes de recyclage dépendent de votre municipalité.

Pour ce qui est des déchets alimentaires, pensez au compostage si vous en avez la possibilité.

Petite aparté sur les piles et autres petits équipements électroniques : les piles contiennent une importante quantité de métaux lourds dangereux pour l’environnement et la santé, comme le mercure, le nickel, le plomb, le cadmium ou encore le lithium. Il est donc important de les déposer dans les bornes ou points de collecte identifiés à l’entrée des magasins, supermarchés, services après-vente, boutiques d’électronique ou encore certaines jardineries.

6. Opter pour des fournitures réutilisables

L’un des avantages d’une location saisonnière est l’impression d’être chez soi que les locataires ressentent en louant un lieu entier. Ils peuvent vivre, préparer leurs propres repas et les déguster dans la paix et la sécurité de leur ”maison” temporaire. Puisque vous avez des articles ménagers et des fournitures à votre disposition, veillez à renoncer aux ustensiles, tasses, assiettes et autres objets en plastique à usage unique ; proposez uniquement des ustensiles réutilisables. 

Fournitures réutilisables pour location saisonnière

Il en va de même pour les articles personnels qu’ils pourraient emporter avec eux: flacons de shampoing, savons et autres articles de toilette. Au lieu d’acheter des minis bouteilles qu’ils jetteront à la fin du séjour, optez pour des bouteilles ou des emballages réutilisables qu’ils pourront remplir à plusieurs reprises. 

7. Penser au jardin

Rendre sa location saisonnière plus éco-responsable, ça ne se limite pas à ce qu’il a entre ses murs. Il faut également porter une attention particulière au jardin lorsque vous en avez un. C’est en quelque sorte le cœur de votre démarche, car c’est ici que l’on va trouver ce qu’il a de plus naturel : des végétaux. 

Pour décorer votre jardin, orientez-vous vers des espèces végétales locales, adaptées au climat et qui sont moins gourmandes en eau et en engrais. D’ailleurs, pour les arroser, puisez dans un récupérateur d’eau plutôt que de vous servir au robinet. 

Si vous disposez d’une piscine, veillez à ce que les produits d’entretien soient conservés dans un lieu fermé et bien isoler pour ne pas contaminer l’environnement. Lorsque vous la vidanger, pensez à utiliser  l’eau recyclée pour l’arrosage. Il n’y a pas de petites économies ! Et veillez aussi à la recouvrir systématiquement d’une bâche lorsqu’elle est inutilisée si elle est chauffée, pour toujours conserver de l’énergie et ne pas en utiliser plus pour la réchauffer régulièrement.

Enfin, pour ce qui est des déchets, motivez-vous à composter et à vous servir de cela en guise d’engrais. Oh et, pour un éclairage, optez pour des lumières à détection de mouvement.

8. Sensibiliser ses locataires

Une location éco-responsable n’implique pas seulement votre engagement en matière de réduction de votre empreinte sur l’environnement, mais aussi celui de vos locataires. 

Afin d’être sûr que vos visiteurs respectent votre démarche, formalisez les choses en rédigeant une charte environnementale qui comprendra tout ce qu’il faut faire pour que l’hébergement reste aussi éco-responsable. Vous pouvez aussi mettre à leur disposition un document qui leur indiquera comment ils peuvent participer à vos actions, comme où achetez leur courses, comment économiser l’eau et l’électricité, ou encore gérer les déchets.

Vous pouvez également promouvoir votre engagement en leur proposant des activités orientées nature et développement durable à faire dans la région, comme des sites naturels à visiter, rencontrer des producteurs locaux, les bons restaurants vegan ou végétarien à proximité, etc. 

Indiquer lieux d'intérêt pour les hôtes

Indiquez-leur aussi les plans et horaires de transport en commun à proximité, ou encore les locations de vélo possible aux alentours (c’est encore mieux si vous leur en mettez à disposition). 

À la fin du séjour, afin de concrétiser cette démarche et pouvoir lire ce que vos voyageurs ont pensé de leurs expériences, proposez-leur de remplir un questionnaire de satisfaction sur vos actions environnementales ou mettez à disposition un livre d’or où ils pourront témoigner !

Certifiez votre location saisonnière grâce aux labels

En plus d’afficher votre démarche environnementale sur vos annonces, il existe un moyen officiel et très efficace de certifier vos engagements : les labels. Il existe aujourd’hui plusieurs labels très connus qui permettent d’officialiser aux yeux des voyageurs que vous n’êtes pas qu’un amateur dans la matière, et que vous donnez du cœur à l’ouvrage en rendant votre location saisonnière plus durable et respectueuse. 

En effet, selon par exemple une enquête menée en avril 2021 par l’institut de sondage Ifop.com, 61% des Français se sont dit prêts à payer plus cher des produits locaux et 44% sont d’accord avec le fait de payer leur séjour plus cher pour voyager de manière respectueuse de l’environnement. 

Voici donc quatre labels qui sont très intéressants pour officialiser vos démarches et démontrer votre engagement sur vos annonces ; trois d’entre eux étant des labels que nous n’avons d’ailleurs pas cité dans notre article sur les labels en France

Le label Ecogîte

Ce premier label, créé en 2003 par la région PACA, reconnaît les hébergements qu’il certifie comme un établissement labellisé Gîtes de France ayant un faible impact sur l’environnement. Il garantit donc aux voyageurs intéressés que le propriétaire s’est engagé dans une dynamique de sensibilisation et de promotion de l’écotourisme. 

Le respect d’un tel engagement est jugé selon certains critères, énuméré par la charte de qualité du label. En effet, son obtention repose sur, par exemple, l’utilisation de matériaux locaux et sains pour sa construction, la mise en priorité du made in France, ou encore la sensibilisation environnementale auprès des voyageurs.

Le label est attribué après évaluation de la location saisonnière, suivi d’une délibération d’un jury qui donnera une note au logement, de 1 à 5 épi. Recevoir un épi signifie que le logement peut commencer à être considéré comme un logement durable mais cette note n’a pas réellement de valeur. Alors que cinq épi, signifie que la location remplie donc tous les critères.

Se mettre au vert pour sa location

Remarques : la gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie étant des critères récurrents pour tous les labels de cette section, ils ne seront pas cités bien que primordiales dans la charte de ces certifications.

L’Écolabel européen

Ce label, représenté par une fleur,  s’applique uniquement aux établissements touristiques de l’Union européenne. Son objectif est de valoriser les services et produits respectueux de l’environnement, comme ceux  liés à l’ameublement, à l’hygiène, ou encore au textile.

Comme tout label, il faut remplir certains critères. Parmi ces derniers, nous pouvons notamment citer la gestion environnementale générale (comme la sensibilisation auprès des touristes), l’utilisation de produits d’entretien éco-responsables, ou encore la mise en avant de modes de transports écologiques.

L’écolabel européen fait l’objet d’un contrôle régulier afin de s’assurer du respect des différents critères. Il est d’ailleurs régi par l’organisme Afnor Certification.

Le label Clef Verte

Créé en 1998, en France, ce label est l’un des principaux éco-labels hôteliers internationaux. Présent dans une soixantaine de pays, il atteste notamment de la démarche environnementale d’établissement d’accueil touristiques comme des gîtes, chambres d’hôtes ou location saisonnière. Il concerne aujourd’hui plus de 700 hébergements en France ! 

Pour obtenir le label Clef Verte, les établissements doivent remplir plusieurs critères qui sont revus tous les 4 ans afin de rester à jour en termes d’enjeux environnementaux et de progrès technologiques. Parmi les critères de la charte Clé Verte, nous pouvons citer que les hébergements doivent respecter une politique environnementale globale ; diffuser une sensibilisation à l’environnement, acheter responsables, ou encore offrir un cadre de vie sain et naturel.

Maison labelisée Clé Verte

Pour être certifié, un membre de l’équipe du label doit examiner l’hébergement afin de vérifier que les critères sont respectés. C’est ensuite un jury indépendant composé d’experts de l’environnement et du tourisme qui déterminera si le label est attribué ou non.

Encore plus large : la certification Green Globe Certified

Ici, nous faisons une petite exception. Il ne s’agit pas réellement d’un label, mais plutôt d’une certification internationale. Mais cette certification reste tout de même très pertinente, car elle est reconnue par l’Organisation Mondiale du Tourisme et le World Travel and Tourism Council.

Présent dans plus de 80 pays, ce réseau de partenaires œuvrent pour un tourisme durable et responsable. Les critères d’éligibilité sont mis à jour régulièrement, toujours dans cette logique de correspondre à son époque et de répondre aux enjeux actuels. Parmi ces critères, nous retrouvons la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la qualité de l’air, la protection de la biodiversité, et même la gestion de la pollution sonore.

Il est plutôt simple d’obtenir l’appellation « Green Globe » que les autres labels, car il suffit de payer une cotisation. Ceci dit, afin de conserver la certification, les acteurs labellisés sont soumis chaque année à un audit. La certification est stricte, car ces derniers doivent obligatoirement améliorer leur taux de conformité aux critères de 5% !

Le mot de la fin 

 Vous savez dès maintenant quoi faire si vous souhaitez rendre votre location saisonnière plus respectueuse de l’environnement, et comment mettre en avant votre qualité de « loueur éco-responsable ». Aujourd’hui, avec les préoccupations environnementales actuelles, il est de plus en plus important d’appliquer ces petits ajustements et gestes du quotidien qui, additionnellement, devraient vous apporter plus de voyageurs. 

L’écotourisme est très en vogue, surfez donc sur la vague tout en préservant l’environnement ! Et pour attirer encore plus d’éco-touristes, n’hésitez pas à vous munir d’un label ; vos engagements seront visibles de tous, et ce même au niveau international.


Prêt à accepter plus de réservations directes ?

Sans frais de configuration ni de carte de crédit requise. Aucune obligation. Essayez Lodgify gratuitement pendant 7 jours.