En train de lire :
Comment ouvrir un hébergement insolite en location saisonnière ?
Location saisonnière insolite

Comment ouvrir un hébergement insolite en location saisonnière ?

Dans  de nombreux domaines, l’insolite fait rêver, et surtout dans le secteur des locations saisonnières. Cela attire l’attention, promet une expérience inoubliable et fait beaucoup plus parler dans les médias. Un hébergement insolite représente en effet la promesse d’un certain dépaysement, à l’aide d’un logement original, qui sort du cadre habituel de l’habitat traditionnel. Fini la location meublée avec jardin et grand salon : place aux tentes aux formes inhabituelles et aux cabanes sans contact avec le sol.

Ce type de location saisonnière atypique attire de plus en plus de voyageurs, du fait de leur originalité et des vacances inoubliables que ces logements promettent. Ceci dit, l’idée n’attire pas seulement les voyageurs, mais aussi de plus en plus de propriétaires. En effet, quand quelque chose marche, en tant que propriétaire, surfer sur la vague assure de pouvoir profiter du haut potentiel d’un nouveaux marché. Ici, proposer un hébergement atypique permet de se démarquer grandement de la conccurence et de proposer des prix de réservations plus élevés, car les voyageurs sont prêts à payer le prix fort pour de nouvelles expériences qu’ils n’oublieront pas de si tôt.


Qu’est ce qu’un hébergement insolite ?

Un hébergement insolite peut être défini comme un hébergement original qui sort du cadre habituel des hébergements dit “classique”.  Le mode de fonctionnement de ces hébergements s’apparente généralement à une formule gîte, chambres d’hôtes ou camping mais avec quelque chose en plus que ce soit en termes d’agencement, de concept, de design, de lieux ou encore de services. 

C’est en effet un hébergement original, exotique et atypique qui promet aux voyageurs un moyen de rêver, voyager, se détendre, en vivant une expérience qui sort de l’ordinaire, et dans une grande partie des cas au contact de la nature. Ce n’est généralement pas en ville que l’on peux allez tomber sur de tels logements, car il vaut mieux éviter l’amas de touristes aux voyageurs qui veulent se reposer. De plus, ces locations atypiques sont habituellement construites avec des matériaux naturels ou novateurs. En termes de réglementation, ils sont aussi très différents du cadre de réglementation des hébergements touristiques classiques, il faut donc bien faire attention lorsqu’on est propriétaire avec en tête un projet d’ouvrir un hébergement insolite.

Hébergement insolite

Quelle forme peut prendre un logement atypique ?

Ce type de location saisonnière n’entrant pas dans les codes de celles classiques, à savoir une appartement, une maison ou une chambre classiques ; il faut ici s’attendre à des logements qui peuvent prendre toute forme et agencement. Il n’y à qu’à consulter la rubrique “wow!” sur le site d’Airbnb pour être témoins de l’ingéniosité de certains propriétaires. Certain type d’hébergement insolite peuvent ainsi être distingué :

  • Cabanes perchées : de simple chambre en forme de bulle à vrai T2 en suspension, il y en a pour tous les goûts et exigences ;
  • Péniches et cabane flottantes: pour se laisser bercer par les mouvement de l’eau ;
  • Maisonnettes troglodytes : loin de tout, proche de la nature ;
  • Anciennes tours et moulins :  pour des séjours champêtres ;
  • Bulles : pour être dans son petit monde le temps de quelques jours ;
  • Roulottes : pour un effet « camping » sans y être ;
  • Soucoupes ou sous-marins : pour se sentir comme dans un film ;
  • Véhicules aménagés (bus, wagon, camion, char) : une ambiance mécanique ;

Il existe aussi certains hébergements complètement uniques, ressemblant à première vue à des œuvres d’arts,  ayant des design très originaux ou même situés à des endroits vraiment spéciaux (altitude, désert, ruines). Presque tout est possible ! Presque, oui, car il y a certains critères à respecter afin d’ouvrir son propre hébergement insolite. Voyons cela dans la section qui suit.

Comment créer un hébergement insolite ?

N’étant généralement pas des bâtiments construits à proprement parler (comme des habitations classiques du moins), les hébergements insolites doivent répondre à certains critères afin d’être autorisés à occuper son espace et à recevoir des locataires. Voici certains points sur lesquels se concentrer lorsqu’on est un propriétaire avec un tel projet en tête.

Bien prendre ses marques

Avant toutes choses, il faut choisir le terrain où sera situé son hébergement. La nature des projets peut être si variée que des règles générales n’existent pas réellement : pour ce type de location saisonnière, c’est du cas par cas. Ainsi, il faut commencer par étude de faisabilité, car il y a en effet de nombreuses contraintes d’urbanisme.

Pour commencer petit, si le projet consiste en un seul hébergement de moins de 20 m², une déclaration préalable de travaux auprès de votre commune suffira. En effet, ce document administratif concerne la réalisation d’aménagement de faible importance et permet à la mairie de vérifier que le projet de travaux respecte bien les règles d’urbanisme actuellement en vigueur. 

Au-delà de cette surface un d’un seul hébergement, il faudra aller jusqu’à se fournir un permis de construire. Pour accéder à ce document, il faudra donc préparer et envoyer des plans et/ou photos du projet. Gardez à l’esprit que la durée de validité de l’autorisation de travaux est de 3 ans!

​Si le projet est conduit par un professionnel du loisir (camping, Parc Résidentiel de Loisirs, Camp de vacances), un permis d’aménager sera nécessaire pour la mise en place des hébergements. À ce titre, une surface maximum de 35 m² est accordée par module. Évidemment, ces autorisations sont délivrées uniquement si le projet respecte les règles fixées par le plan local d’Urbanisme et le Plan d’Occupation des Sols).

Étudier le marché

Comme lorsqu’on compte ouvrir une location saisonnière classique, il faut bien évidemment étudier le terrain avant de se lancer. Il faut en effet faire preuve de stratégie et de compétitivité dans le plan de gestion de votre future location saisonnière atypique. Il s’agit essentiellement d’analyser et évaluer d’autres entreprises du milieu, qui aideraient à élaborer une stratégie réussie pour se démarquer de ces dernières. Même si le caractère “insolite” va beaucoup aider et simplifier les choses, ne compter que là-dessus serait une grave erreur. 

Analyse du marché pour location

Il faut ainsi se poser les bonnes questions : 

  • Combien les locations de vacances aux alentours facturent-elles par nuit ? 
  • Quel est leur public cible et leur clientèle ? 
  • Quels types de voyageurs viennent dans ma ville / région ? 
  • Sont-ils des logements de luxe ou des locations plus basiques ? 
  • Quels services proposent-ils ?
  • Quels sites web/agences utilisent-ils pour les réservations et les annonces ?

Établir un business plan complet serait également judicieux, même si bien plus chronophage, car cela permettra d’avoir réellement toutes les clés en mains afin de se rendre compte de la faisabilité et du potentiel du projet. 

Budgetiser son projet 

L’étape la plus laborieuse pour ce type de projet, et surtout pour un logement insolite. Un hébergement de ce type suit rarement le schéma classique du “acheter le bien, l’aménager et le mettre en location”, et requiert bien plus souvent une conception et construction / installation complète de la part du propriétaire. Il faut donc bien estimer ces coûts-ci, en termes de matériaux, d’aménagement, de coûts de terrain, etc.

Il faudra donc aussi penser rentabilité, taux de remplissage, réglementations et autres gains/pertes potentielles sur le long terme afin d’avoir une idée des bénéfices que le projet pourrait générer et des coûts  que cela impliquerait selon le lieu où le l’hébergement compte être “installé”.

 Il peut être aussi judicieux de se renseigner en termes d’aides régionales et européennes, auprès des communautés de communes ou même du département pour trouver des subventions. Susciter les dons par un financement participatif et solidaire  peut aussi être une très bonne idée car, si le projet insolite plais à la communauté et peut permettre de relancer l’intérêt du lieu auprès du public, alors il se pourrait bien que ce type de démarche fonctionne.

Vérifier la réglementation

Il existe de nombreuses règles et critères à respecter dans le cadre des locations saisonnières atypiques, dans le sens où la réglementation peut paraître un peu floue face à des locations saisonnières dites “classique”. 

Pour commencer, il faut donc se renseigner sur les contraintes d’urbanisme et bien comprendre ce qui sera possible et ce qui ne le sera pas. Dans la plupart des cas, il faudra passer par un permis de construire, un permis d’aménager ou une autorisation préalable. Ces autorisations sont délivrées uniquement si le projet respecte les règles fixées par le Plan local d’urbanisme (PLU), le Plan d’occupation des sols (POS), la carte communale ou le règlement national d’urbanisme. Si on achète le terrain, il faut être sûr qu’on pourra y aménager son projet dans les normes. 

lois-location-saisonniere

Lorsque les démarches seront effectuées, sera remise déclaration préalable. Ce document est un acte administratif qui permet à l’administration de vérifier qu’un projet de construction, généralement des aménagements de faible importance, respecte bien les règles d’urbanisme en vigueur. La durée d’instruction de la déclaration préalable est de 1 mois, qui peut être reconduite sur 1 à 2 mois par l’administration. À noter que, pour les professionnels du tourisme, aucune déclaration préalable de travaux n’est exigée si la surface de plancher ou d’emprise au sol est inférieure à 35m².

Il faut donc être clair sur le projet lui-même. S’agit-il plutôt d’une de chambres d’hôtes, d’une habitation légère de loisirs ? Chacune de ces activités a ses propres règles qu’il faut respecter c’est bien là toute la difficulté juridique de l’exercice. D’autant plus que la législation peut varier en fonction des communes, il ne faut donc pas hésiter à se renseigner directement en mairie !

Déclarer son hébergement 

Enfin, lorsque le projet est sur la bonne voie, il faut le déclarer afin d’être totalement en règle. Sur le plan de l’urbanisme, si l’hébergement insolite est équipée à l’intérieur d’un espace cuisine et/ou sanitaire, électricité, poêle à bois ou autres, alors elle est assimilée à un Habitat Léger de Loisirs (HLL). Sinon, si l’hébergement est uniquement équipé d’un couchage sans autre accessoire ou équipement, alors l’hébergement pourrait-être assimilé à un camping moins de six emplacements.

Lancez votre projet grâce à Airbnb

Récemment, Airbnb a effectué une édition été 2022 de son site web, impliquant une refonte totale du site de réservation et surtout de l’agencement des catégories. L’une des nouvelles catégories de ce renouveau, cité plus tôt et nommée “wow!”, est l’une de celles qui font le plus parler d’elles car répertorie tous les hébergements insolites de leur catalogue. La société soutient donc ces locations saisonnières atypiques en les mettant en avant, mais pas seulement.

En effet, Airbnb a lancé un programme de financement s’élevant au total à 10 000 000 d’euros afin de soutenir les propriétaires ayant des projets ambitieux d’hébergement insolite. Pour participer, rien de plus simple : soumettre son idée sur le portail dédié sur le site d’Airbnb, et si elle est sélectionnée, le propriétaire devra prouver la faisabilité de son projet avec des croquis, plans, vidéo, mesures, etc. Ce sera ensuite aux juges professionnels de la marque de juger si le projet est intéressant ou non.

Airbnb

Seulement quatre mots d’ordre : originalité, faisabilité, expérience, et enfin respect de l’environnement.

Pour conclure sur les hébergements insolites

Lancer un projet d’hébergement insolite est une merveilleuse idée, car permet de se démarquer de la concurrence, d’attirer beaucoup plus l’attention – que ce soit des voyageurs et même des médias – et permet d’emmener des voyageurs vers des destinations généralement moins connues. Cependant, un tel projet demande un peu plus de temps et de démarche administrative qu’une location saisonnière classique. Mais le jeu en vaut la chandelle !

Il faut donc bien se préparer et ne pas seulement compter sur le caractère “wow!” du futur hébergement insolite. En parlant de “wow!”, la nouvelle catégorie du même nom sur le site d’Airbnb qui est spécifiquement dédié à ce type de logement touristiques connaît un franc succès depuis son ouverture, tout propriétaire avec ce type de projet ou d’hébergement peut donc totalement compter sur Airbnb pour que leur annonce soit diffusée et vue par le plus grand nombre !


Prêt à accepter plus de réservations directes ?

Sans frais de configuration ni de carte de crédit requise. Aucune obligation. Essayez Lodgify gratuitement pendant 7 jours.