Guide de location de vacances / Qu’est-ce que Airbnb? / Airbnb impôts 2020 : quels revenus déclarer et comment ?

Airbnb impôts 2020 : quels revenus déclarer et comment ?

Une fois que vous vous êtes inscrit sur Airbnb en tant que hôte de votre location de vacances, il est crucial que vous preniez connaissance de vos droits et vos obligations fiscales. La loi française en terme de location saisonnière est assez stricte, notamment avec Airbnb. Il vous est alors conseillé de bien vous renseigner en amont, d’avoir tous les éléments nécessaires pour faire fonctionner votre activité locative et de déclarer ou non vos revenus.

Déclaration revenus Airbnb : comment déclarer ses revenus Airbnb aux impôts ?

Avant de savoir comment déclarer ses impôts, il est important d’identifier en premier lieu si vous louez votre résidence principale ou secondaire et combien d’habitant dispose la région de votre propriété. En effet, en fonction de ces deux critères, la déclaration des revenus peut être obligatoire ou non. Vous pouvez vous référer au tableau ci-dessous pour situer votre cas.

 

+ de 200 000 habitants – de 200 000 habitants
Résidence principale

Déclaration est obligatoire.

Location jusqu’à 120 j/an max.

Au-delà →  il y aura changement d’usage.

Pas de déclaration si < 120 jours par an.

Au-delà → une déclaration en mairie obligatoire

Résidence secondaire

Déclaration est obligatoire auprès

de la mairie

+ Faire une demande de changement d’usage

Déclaration en mairie est obligatoire.

Sous quel régime juridique déclarer ?

Si vous êtes un hôte sur Airbnb et que vous avez loué votre location de vacances en 2019, vous êtes amené à déclarer vos revenus perçus cette année-là lors de la déclaration de 2020. A chaque fois que vous recevez une réservation de votre propriété, vous percevez des revenus qui seront dans tous les cas à être déclarés auprès de l’administration fiscale. Avant de pouvoir déclarer ses revenus, il est important de déterminer dans quelle catégorie juridique votre location saisonnière appartient.

Comme vous êtes propriétaire de maison de vacances sur Airbnb, vous avez forcément une location meublé saisonnière. De ce fait, le revenu que vous percevez appartient à la catégorie juridique des Bénéfices Industriels et Commerciaux puisque vous êtes censé déclarer sous le titre de “Loueur Meublé Non Professionnel” (LMNP). Sous ce régime juridique, vous avez le choix entre deux régime fiscal : le régime BIC et le régime réel. Néanmoins, si vos revenus locatifs sont à plus de 50% des revenus professionnels de votre foyer fiscal et qu’ils dépassent 23 000 € par an, vous devrez changer de régime pour déclarer en tant que « loueur en meublé professionnel » et faire une demande d’immatriculation auprès du Registre du Commerce et des Sociétés.

Fiscalité Airbnb : sous quel régime fiscal déclarer ?

Lorsque vous mettez l’annonce de votre location de vacances en ligne sur Airbnb, et que vous confirmez vos réservations, vous devrez déclarer ces revenus perçus dès le premier gain. Bien sûre cela concerne la plupart des hôtes en général, mais il se peut que vous n’ayez aucune déclaration à faire (voir le tableau précédent).

Parmi ces deux options, le micro-BIC est le choix de régime le plus simple pour les locations meublés saisonnières notamment si vous êtes novice dans ce secteur. Le régime réel est légèrement plus compliqué mais selon votre situation, elle pourrait être plus avantageuse.

Déclarer ses revenus Airbnb sous le régime micro-BIC

Avec le régime fiscal micro-BIC, vous devrez déclarer vos revenus bruts (revenus nets plus les frais et les charges) que vous avez perçus l’an passée. Attention ! Vous pouvez bénéficier de ce régime que si vous ne dépassez pas les 70 000 € de revenus brut (sauf pour le cas des meublés de tourisme).

Prenons l’exemple d’une location sur Airbnb, ce montant devrait être égal :

–   Aux revenus nets

–   Majoré des frais de ménage (s’il y en a)

–   Majoré des frais de service Airbnb de 3%

Vous avez également l’avantage de toucher un abattement de 50% sur les montants déclarés. Cet abattement est forfaitaire et correspond aux montant des frais et des charges perçus et c’est pour cela que vous devez déclarer en bruts et non en nets.

Il faut savoir que vous bénéficiez d’un abattement d’un montant de 305 € minimum. En dessous de cette somme, vous serez entièrement exonéré d’impôt. Mais vous devrez tout de même déclarer obligatoirement.

Par ailleurs, ce régime offre plus de souplesse fiscale car dans le cas d’une location de votre résidence principale, si vous ne dépassez pas 760 €, les bénéfices issus de cette location ne seront pas imposés.

Déclarer ses revenus Airbnb sous le régime réel

Sous le régime réel, il est demandé au propriétaire de déclarer le montant net contrairement au régime micro-BIC. Ce montant (sous le formulaire annexe 2032-SD) est reporté sur votre déclaration de revenus.

Ensuite, ce montant net sera directement imposé au barème progressif en plus des prélèvement sociaux. Le barème progressif s’agit d’un barème de l‘impôt sur le revenu avec les différentes tranches d’imposition de 14%, 30%, 41% et de 45%. Tandis que les prélèvements sociaux sont égaux à 17,2%.

Par exemple : si vous avez perçu 10 000 € de revenus locatifs et dépensé 1 000 € de frais de ménage sur Airbnb, vous devrez déclarer les 10 000 € – 1 000 € = 9 000 €

Si votre tranche marginal d’imposition est de 41%, vous serez alors imposé à 41% puis à 17,2% (taux de prélèvements sociaux). Vous avez donc :

9 000 € x 41% = 3 690 €

9 000 € x 17,2% = 1 548 €

Vous obtenez ainsi un montant d’imposition total de 5238 €

Régime fiscal Airbnb : quel régime fiscal serait le plus avantageux ?

Eh bien tout dépend de votre situation, du montant total de vos frais et de vos charges. Mais que signifient exactement les frais et les charges ?

–   Les frais généraux concernent les intérêts des emprunts, les frais de service, la taxe foncière et la taxe d’habitation,

–   En plus de cela, vous avez la commission de 3% facturé par Airbnb,

–   Les frais d’entretien, de réparation, etc,

–   Les coûts du personnel,

–   Les amortissements

–   Les provisions pour charges

Si vous percevez par exemple moins de 70 000 € brut, vous aurez deux choix : le régime micro-BIC et le régime réel.

Mais dans le cas du régime micro-BIC, il est plus efficace si le montant de vos charges est moindre que le montant correspondant à l’abattement de 50%. Et au contraire, s »il est supérieur, il est préférable de passer au régime réel.

Maintenant que vous savez l’importance de déclarer ses revenus et sous quel régime juridique et fiscal votre location de vacances appartient, vous pouvez maintenant vous référer au site officiel d’impot.gouv afin de savoir les étapes à suivre pour déclarer vos revenus, payer vos impôts, taxes et amendes ou signaler tous changements de situation et bien d’autres.