En train de lire
Les squatters Airbnb : comment les éviter et les faire partir ?

Les squatters Airbnb : comment les éviter et les faire partir ?

C’est le type de faits divers qui fait grincer des dents n’importe quel propriétaire. Chaque mois, on peut lire dans la presse des témoignages désolants de propriétaires de location courte durée (ou non) confrontés à des squatteurs. Il semblerait que le phénomène prenne de l’ampleur et les hôtes Airbnb ne sont pas épargnés !

Alors que faire si un locataire Airbnb ne veut pas partir ? Pour éviter d’en arriver à une telle situation qui pourrait mettre en péril votre activité locative, nous avons rédigé cet article pour savoir comment repérer un squatteur Airbnb et quelles mesures vous pouvez prendre pour les empêcher de s’installer dans votre propriété.

Si vous vous trouvez dans une situation de squat, il est peut être encore temps d’agir pour récupérer votre bien. Prévenez, protégez et éliminez les problèmes de squat dans votre Airbnb en suivant ces conseils. 


Vous ne voyez pas le formulaire pour télécharger notre modèle de contrat pour location saisonnière ? Cliquez-ici.

Avertissement : Lodgify est un logiciel partenaire d’Airbnb. Cet article ainsi que les affirmations qu’il contient proviennent exclusivement de Lodgify. Cette publication n’est pas affiliée, sponsorisée ou autorisée directement par Airbnb, d’aucune manière que ce soit.

 

Qu’est-ce qu’un squatteur Airbnb ?

Un squatteur Airbnb est une personne qui occupe illégalement une propriété proposée sur la plateforme Airbnb, sans l’autorisation du propriétaire. Ces individus contournent les règles de réservation et peuvent rester dans le logement plus longtemps que ce qui était convenu initialement, ou bien occuper l’hébergement sans avoir effectué de réservation. Il existe plusieurs situations dans lesquelles les squatteurs occupent un logement Airbnb.

  • Occupation d’une propriété illégalement

Les squatteurs Airbnb s’engagent dans une pratique illégale en occupant des propriétés sans l’autorisation formelle des propriétaires ou encore en utilisant de fausses identités au moment de la réservation. En contournant les procédures de réservation établies par Airbnb, ces individus violent les droits de propriété et peuvent compromettre la sécurité et l’intégrité des biens loués. 

  • Dépassement de la durée de séjour sans consentement

Un autre scénario courant implique le dépassement de la durée de séjour initialement convenue entre le locataire et le propriétaire dans la réservation Airbnb. Les squatteurs prolongent souvent leur présence sans consentement, ce qui peut entraîner des conflits et des perturbations pour les propriétaires, les voisins et même d’autres voyageurs dont la réservation est prévue.

  • Occupation d’un hébergement vacant

Certains squatteurs ciblent spécifiquement des propriétés vacantes ou inoccupées, qu’ils investissent également. Cette situation est d’autant plus courante pour les biens loués en courte durée pendant la basse saison s’ils ne sont pas loués pendant un certain temps. Il faut donc faire preuve de vigilance si vous ne louez pas toute l’année pour ne pas vous retrouver avec des squatteurs Airbnb dans votre location saisonnière. 

Cette situation engendre de nombreux problèmes tels que les dégradations de votre hébergement, l’annulation de vos prochaines réservations, la perturbation de la tranquillité du voisinage, des violations des conditions dassurance à cause des locataires non autorisées, etc. 

Comment repérer un squatter ?

Pour vous éviter de vous retrouver dans notre prochaine compilation des histoires dhorreur Airbnb, la meilleure chose à faire est de rester vigilant au moment d’accepter une réservation.  

Le but ? Repérer le squatteur AVANT toute tentative d’occupation de votre hébergement. Une fois que des squatters occupent la propriété, le processus devient beaucoup plus compliqué, il est donc préférable d’avoir l’œil avant l’entrée de ces invités indésirables.

La meilleure chose à faire est de ne pas accepter les squatteurs potentiels dès le début du processus de réservation, afin d’éviter d’avoir à annuler la réservation suspecte ou, pire encore, à gérer des squatteurs après leur arrivée.

Voici quelques signes permettant de distinguer le profil d’invités suspects sur Airbnb

  • Photos de profil pixelisées ou floues
  • Très peu d’informations sur le profil
  • Aucun commentaire d’autres hôtes sur le profil
  • Profil créé peu de temps avant la demande de réservation
  • Communication peu claire
  • Utilisation d’un surnom ou dun compte qui n’est pas le sien (ex : réservation pour une autre personne)

Il existe de nombreux autres signes d’alerte à surveiller, mais dans l’ensemble, faites confiance à votre instinct. Si un profil vous semble suspect, c’est peut-être le cas. Vous pouvez toujours demander gentiment aux clients de vous fournir plus d’informations sur leur voyage pour vous rassurer sur leurs intentions, mais s’ils refusent, il est préférable de refuser la réservation. Le coût d’une semaine de vacances est bien moins élevé que celui de mois d’occupation impayés.

Le fait qu’un invité ait un nouveau profil n’est pas nécessairement un “red flag”, surtout si la communication est cohérente. Parfois, les clients ne vérifient pas leur profil parce qu’ils ne sont pas conscients de l’importance de cette vérification. Vous pouvez demander plus d’informations à vos invités sur leurs intentions de voyage pour en avoir le cœur net. 

Comment se protéger contre les squatters dans les locations courte durée ?

Il existe en effet une procédure de vérification d’identité sur Airbnb, cependant ce processus n’est pas infaillible, en particulier pour les invités qui utilisent une fausse identité. Voici quelques règles à mettre en place pour vous protéger face aux situations d’occupation illégale 

N’acceptez pas les réservations hors plateforme

Que ce soit sur Airbnb ou toute autre plateforme, accepter des réservations hors plateforme expose les hôtes à un risque accru de fraudes et d’occupations illégales. En effet, ces plateformes mettent en place diverses mesures pour protéger les hôtes en cas de problèmes : la vérification d’identité, le système de commentaires et d’évaluation, les assurances pour les hôtes (AirCover dans le cas d’Airbnb), le service client multilingue, sans oublier un système de paiement sécurisé.

Bien que certains voyageurs puissent justifier cette démarche par une volonté d’économiser sur les frais de service, cela comporte des risques significatifs pour les hôtes. En cas de litige, vous ne pourrez pas profiter du service de médiation d’Airbnb et vous ne serez pas protéger financièrement.

De plus, cela augmente les risques d’occupation illégale. Les squatteurs et les personnes mal intentionnées peuvent exploiter des transactions hors plateforme pour occuper une propriété. Airbnb propose des mécanismes de sécurité et de vérification qui contribuent à minimiser ces risques, lesquels sont absents lors des transactions directes. En refusant les réservations hors plateforme, vous renforcez votre position en tant qu’hôte responsable et minimisez les risques potentiels liés aux squatteurs et aux activités illégales.

Utilisez un contrat de location saisonnière

Voici le B.A-BA, mais on le répète tout de même : l’utilisation d’un contrat de location de vacances constitue une étape cruciale pour renforcer la protection contre les squatteurs et établir clairement les termes et conditions de la location. Un contrat bien rédigé peut dissuader les occupants indésirables tout en offrant une base juridique solide en cas de problème.

Veillez à inclure des clauses spécifiques dans votre contrat, telles que la durée exacte du séjour autorisé, le nombre maximum d’occupants permis, et les règles concernant la sous-location. Précisez également les conséquences en cas de non-respect de ces conditions, y compris la possibilité d’une expulsion immédiate et les recours légaux.

En accompagnant votre contrat de location saisonnière d’un règlement intérieur,  vous pouvez ajouter des points essentiels tels que les règles de la propriété, les frais de dommages éventuels, et les responsabilités des locataires en matière de respect du voisinage. En détaillant clairement ces éléments, vous établissez des attentes claires pour les occupants, réduisant ainsi les risques d’occupation illégale ou de comportement nuisible.

Assurez-vous que les locataires comprennent et acceptent les termes du contrat avant leur arrivée. Vous pouvez le faire en le fournissant électroniquement lors du processus de réservation ou en le remettant physiquement à l’arrivée. En ayant une trace écrite des engagements mutuels, vous disposez d’un outil précieux en cas de litige et d’une mesure dissuasive pour les squatteurs potentiels.

Vérification des pièces d’identité

Généralement tous les voyageurs doivent vérifier leur identité sur la plateforme Airbnb avant de pouvoir procéder à une réservation en tant qu’invité. En cas de doute, vous pouvez demander aux voyageurs de fournir une copie de leur pièce d’identité officielle, telle qu’une carte d’identité ou un passeport, avant leur arrivée. 

Examinez attentivement les documents pour vous assurer qu’ils sont valides et correspondent aux informations fournies lors de la réservation. Soyez particulièrement vigilant quant aux signes de falsification, tels que des altérations évidentes ou des détails incohérents.

Si vous avez des doutes sur l’authenticité des pièces d’identité, n’hésitez pas à contacter le service d’assistance d’Airbnb pour obtenir des conseils et une éventuelle intervention. La vérification manuelle des pièces d’identité permet d’ajouter une couche de sécurité supplémentaire en complément de l’automatisation de la procédure d’Airbnb.

Demandez toujours une caution

Les hôtes qui prévoient de rester plus longtemps que prévu cherchent à occuper la propriété aussi longtemps que possible sans rien payer. Si vous prévoyez un montant plus élevé pour le dépôt de garantie, cela contribuera à éloigner les squatteurs Airbnb qui ne seront pas disposés à payer le montant supplémentaire car ils savent qu’ils ne récupéreront pas cet argent.

Utilisez des systèmes de surveillance

Cela peut paraître excessif mais ces dispositifs peuvent parfois vous sauver la mise. En utilisant des systèmes de surveillance en complément des procédures standard d’Airbnb, vous augmentez vos chances de prévenir toute occupation illégale et renforcez la sécurité globale de votre propriété. Les caméras de sécurité et les capteurs intelligents peuvent être des alliés précieux pour renforcer la sécurité de votre location de courte durée.

Installez des caméras de sécurité à des endroits stratégiques, tels que à l’extérieur à proximité de la porte d’entrée principale, et les différentes zones d’arrivée au logement. Optez pour des modèles équipés de fonctionnalités comme la détection de mouvement, l’enregistrement en temps réel et la notification instantanée. Ces caractéristiques vous permettront de rester informé de toute activité suspecte et de réagir rapidement en cas de besoin. 

security camera

Les capteurs intelligents, comme par exemple les dispositifs Minut, sont également une solution adaptée car ils permettent d’enregistrer des données sur l’occupation, le bruit et l’environnement sans caméra. Cela permet de respecter la vie privée de vos invités. 

L’existence visible de ces dispositifs de surveillance peut dissuader les squatteurs potentiels, car ils savent qu’ils sont sous l’œil vigilant d’une technologie de sécurité. Cependant, il est important de respecter les lois et réglementations sur la vie privée lors de l’installation de caméras et de notifier les invités de la présence de ces dispositifs dans un souci de transparence.

Mon invité Airbnb refuse de partir, que faire ?

Si vous vous trouvez dans une situation où un invité Airbnb refuse de quitter votre propriété après la fin du contrat de location et que vous suspectez une occupation illégale, il est important de suivre certaines étapes pour résoudre la situation de manière sécurisée et conforme à la politique d’Airbnb. Voici quelques conseils.

Communiquez

Bien que la situation puisse être très stressante, il est essentiel de rester calme (c’est facile à dire, je sais). Évitez les confrontations agressives, car cela pourrait aggraver la situation. Essayez d’abord de communiquer avec l’invité de manière calme et respectueuse. 

Demandez-lui de quitter les lieux conformément à la réservation initiale. S’il n’est pas possible de faire partir l’invité, vous devrez agir rapidement pour introduire une action auprès des autorités locales ainsi qu’avec Airbnb. 

Contactez les autorités

En cas de problème avec un locataire, contactez immédiatement le support Airbnb pour signaler la situation. Fournissez des détails précis sur les raisons pour lesquelles vous souhaitez que le locataire quitte le logement. 

Si l’invité refuse toujours de partir et que la situation devient difficile à gérer, envisagez de contacter les autorités locales, comme la police, pour obtenir de l’aide. Si nécessaire, documentez la situation en fournissant des preuves telles que des échanges de messages, des photos, ou des vidéos qui justifient vos préoccupations.

Documentez tout

La clé pour réussir à expulser les squatters d’Airbnb est de tout documenter. Plus il y a de preuves, mieux c’est. N’oubliez pas que si vous devez aller au tribunal, vous devrez expliquer pourquoi vous essayez d’expulser ces hôtes de votre maison. Les squatteurs auront leur propre version de l’histoire et vous aurez besoin de preuves pour contester leurs affirmations.

Does Airbnb provide protection against squatters

Captures d’écran, photos, documents écrits, tout vous aidera à étayer votre dossier. Ne négligez aucun détail lorsqu’il s’agit de plaider votre cause contre les squatteurs d’Airbnb.

Procédures légales pour expulser un squatteur Airbnb

En France, l’expulsion d’un squatteur peut durer des mois voire des années dans les cas les plus complexes. Si vous voyez la situation s’envenimer avec nos invités après plusieurs avertissements,  il est préférable de déposer une plainte immédiatement. 

Plus tôt vous commencerez, plus tôt vos invités indésirables partiront. Cela vous aidera également si le tribunal voit que vous avez agi rapidement. Voici les étapes générales à suivre.

1. Signalement à la police : 

Dès que vous avez connaissance d’un squatteur dans votre propriété Airbnb, contactez immédiatement la police pour signaler l’occupation illégale. La police peut intervenir pour vérifier la situation.

2. Diagnostics des autorités : 

Si la police confirme qu’il s’agit d’une occupation illégale, il est possible qu’ils émettent un procès-verbal. Les diagnostics de la police peuvent être utilisés dans le cadre de la procédure légale.

3. Assignation en référé devant le tribunal d’instance :

En France, l’expulsion des squatteurs d’une propriété privée relève du tribunal d’instance. L’étape suivante consiste à engager une procédure en référé, qui est une procédure d’urgence. Vous devrez déposer une assignation devant le tribunal d’instance compétent pour demander l’expulsion du squatteur.

4. Jugement d’expulsion : 

Si le tribunal est convaincu de la légitimité de la demande, il peut émettre un jugement d’expulsion ordonnant au squatteur de quitter les lieux.

5. Mise en œuvre du jugement : 

Après avoir obtenu le jugement d’expulsion, vous devrez faire appel à un huissier de justice pour procéder à la mise en œuvre de la décision. L’huissier peut être chargé de signifier le jugement au squatteur et, si nécessaire, de procéder à l’expulsion forcée avec l’assistance des forces de l’ordre.

6. Intervention des forces de l’ordre : 

Si le squatteur refuse de quitter les lieux malgré le jugement d’expulsion, les forces de l’ordre peuvent être mobilisées pour exécuter la décision de justice.

Il est important de souligner que ces procédures peuvent varier en fonction des circonstances spécifiques et des changements éventuels dans la législation. La consultation d’un avocat est fortement recommandée pour s’assurer que la procédure est correctement suivie et pour obtenir des conseils juridiques adaptés à votre situation. 

Expulser un squatteur Airbnb soi-même 

Vous pouvez vous dire que ces procédures peuvent être longues. Vous souhaitez procéder par vous-même ? Mauvaise idée… 

On observe un phénomène de plus en plus important de propriétaires qui délogent eux-même les squatteurs ou font appel à des entreprises pour le faire, ou même décident de changer les serrures de leurs biens en l’absence des locataires illégaux. 

Les actions telles que le délogement direct des squatteurs, le recours à des entreprises pour l’éviction, ou le changement de serrures en l’absence des locataires illégaux sont interdites par la loi.

En France, l’éviction d’un occupant, même illégal, doit suivre une procédure légale spécifique, notamment une décision judiciaire d’expulsion. L’auto-éviction ou d’autres mesures prises en dehors du cadre légal peuvent être considérées comme une violation des droits du locataire, même s’il s’agit d’un squatteur.

Vérifiez la couverture de votre assurance

En même temps que les procédures judiciaires, faites en sorte de voir si vous êtes couvert par votre assurance. La couverture des frais liés au squat d’une location de courte durée dépend des termes spécifiques de l’assurance habitation souscrite par le propriétaire. En général, la plupart des polices d’assurance habitation couvrent les dommages causés par des tiers. 

Si des dommages sont causés à la propriété par des squatteurs, la couverture des dommages matériels pourrait s’appliquer. Cependant, cela dépendra des clauses spécifiques de la police et des circonstances entourant l’incident.

Certains contrats d’assurance habitation incluent une couverture de responsabilité civile qui peut intervenir si des tiers occupent illégalement la propriété et y causent des dommages. Cela pourrait également couvrir les frais juridiques associés et des frais de relogement si la propriété est inhabitable en raison du squat. Certains assureurs peuvent aussi proposer des options spécifiques pour couvrir les risques associés à la location de courte durée, notamment la protection contre les squatteurs. 

En bref

La présence de squatteurs dans votre location peut mettre en péril votre activité, il faut donc agir rapidement. Le plus important est de savoir repérer les profils suspects avant de laisser entrer des invités mal intentionnés chez vous. Cela vous évitera bien des problèmes !

Mettez en place des solutions pour vous protéger contre les squatteurs : acceptez uniquement les réservations des invités aux profils cohérents et bien notés, incluez un contrat de location saisonnière et une caution, ajoutez des systèmes de surveillance, etc.

Si vous vous retrouvez malheureusement dans une situation critique et que vos invités Airbnb refusent de partir après les avoir avertis qu’ils ne sont pas dans leurs droits, vous serez obligé de commencer une bataille juridique. Soyez méthodique et commencez à rassembler les documents et à déposer les dossiers dès que possible pour que votre entreprise de location de vacances puisse reprendre ses activités. Faites également attention à ne pas déloger vous-même ces invités indésirables, car cela pourrait vous coûter cher.

Si vous avez déjà eu à faire à des invités qui refusaient de partir, faites nous part de votre récit dans les commentaires et aidez notre communauté de propriétaires à se protéger face aux squatteurs Airbnb. 


Vous ne voyez pas le formulaire pour télécharger notre modèle de contrat pour location saisonnière ? Cliquez-ici.

Besoin d’un coup de main dans la gestion de votre hébergement ? Essayez notre logiciel de location saisonnière gratuitement pendant 7 jours

What do you think about this article?

5/5 - (1 vote)
Afficher les commentaires (3)
  1. Bonjour, vous proposez un contrat de location saisonnière. Airbnb a deja un contrat, comment est on censé utiliser le votre et est il différent de celui d’airbnb?

    1. Bonjour Hugo,
      Je vous remercie pour votre message. Notre contrat est conçu pour être une alternative flexible et polyvalente qui peut être utilisée non seulement sur Airbnb, mais également sur d’autres plateformes de location saisonnière, ainsi que pour les réservations directes.

      L’un des avantages de notre modèle est qu’il est disponible au format PDF modifiable. Cela signifie que vous pouvez personnaliser les détails spécifiques de votre location, comme les dates, les tarifs et les conditions particulières, afin que ce contrat corresponde à vos besoins.

      Vous pouvez télécharger gratuitement notre modèle de contrat pour location saisonnière ici : https://use.lodgify.com/fr/content-rental-agreement

      Cordialement, Clara de Lodgify

    2. Airbnb n’a pas un contrat de location avec les voyageurs mais des conditions générales de vente. Nuance. D’autre part, Le code du tourisme impose l’établissement d’un contrat écrit, peu importe l’origine de la réservation (Article L. 324-2 du Code du tourisme): « toute offre ou contrat de location saisonnière doit revêtir la forme écrite et contenir l’indication du prix demandé ainsi qu’un état descriptif des lieux ». Les plateformes de réservation ne pourront pas vous interdire de faire le contrat de location avec les voyageurs ayant réservé via leur site. Le propriétaire, c’est vous. Airbnb n’a pas de mandat de votre part pour agir et décider à votre place. Ils ne sont que metteurs en relation, rien d’autre!
      Airb est la plateforme de dilection pour hôtes fainéants qui ne veulent pas s’occuper de la paperasse et se croient protégés. La réalité en est toute autre. Je ne vous souhaite pas de subir un jour une telle situation car vous allez très vite comprendre que vous serez bien seul a gérer ce cauchemar, car il n’y aura plus personne pour vous aider.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ready to take more direct bookings?

No set up fees, no credit card details, no obligation. Try Lodgify free for 7 days.